Finanzkrise: L’Argent (fr)

Standard

Link

‚…

« N’était-ce donc pas lui qui, de ses mains sans scrupules, avait chauffé l’énorme machine follement, jusqu’à la faire sauter en morceaux et à blesser tous ceux qu’elle emportait avec elle ? » C’est ainsi qu’Emile Zola, dans L’Argent, décrit la désastreuse spéculation de la Banque universelle, engagée par le banquier Saccard. Aujourd’hui, cette folle fuite en avant se répète, mais cette fois à l’échelle du monde.

Quelques chiffres. Si l’on additionne toutes les dettes américaines, on obtient un montant cent fois supérieur à celui de l’Allemagne en 1923. En cette seule année 2009, les Etats-Unis emprunteront 1300 milliards de dollars, à peu près le montant de la dette qui a fait couler la République de Weimar. L’Inspecteur général chargé du contrôle des fonds versés ou garantis par l’Etat a reconnu que, depuis 2007, ce montant a atteint 23700 milliards de dollars, soit deux fois le produit annuel du pays.

Au lieu de constater la banqueroute et de l’organiser, comme l’exige Lyndon LaRouche, les gouvernements américain, anglais et la plupart des autres suivant leur exemple, renflouent les joueurs délinquants ou incompétents, détruisant la trame économique et sociale de leur pays.

…‘

Zu Ihrer Kenntnisnahme. Wir können die hier angegebenen Informationen selber nicht vollständig beurteilen. Trotzdem meinen wir man sollte sie kennen. Bilden Sie sich aber bitte selbst Ihre Meinung, Ihr Urteil !
Drum prüfe …”

(Markierungen in Fett- und/oder Kursivschrift – wie immer – durch die Redaktion)

swa

Advertisements

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s