Europa, Finanzkrise, Wirtschaft: Balladur (frz. Politiker): une dictature de l’Eurogroupe sur l’Europe (fr)

Standard

Link

‚…

Mais voilà que ses propositions pour faire face à la crise de la zone euro, publiées dans Le Figaro du 17 février, répandent à nouveau de fortes odeurs de Vichysme, cette fois-ci à l’échelle européenne. L’Europe a trop consommé, la Grèce en particulier. Aujourd’hui, comme dans les années Pétain, il faut rétablir l’ordre, au détriment des libertés et de la souveraineté. Et cet ordre, il est financier.

Face à une « crise de la zone euro qui risquerait de conduire à son éclatement, si un ou plusieurs de ses membres étaient contraints de la quitter », il faut aller plus loin que le Traité de Maastricht, dit Edouard Balladur : « Ce n’est pas une Europe trop organisée qu’il faut redouter, mais une Europe restée à mi-chemin ; l’union monétaire doit devenir aussi une union économique ».

Mais qu’entend Balladur par Union économique ?

Voici ce qu’il propose : « Il est souhaitable que l’Eurogroupe, qui rassemble les ministres des finances des seize membres de la zone, reçoive le pouvoir d’approuver les projets de budget élaborés par les gouvernements avant que ceux-ci ne soient soumis à leurs Parlements respectifs. Bien entendu, il ne s’agirait pas d’une approbation dans le détail des mesures prévues dans celui-ci, elle se limiterait pour l’essentiel au volume global des dépenses publiques, celles de l’Etat, des collectivités territoriales, des organismes sociaux. L’Eurogroupe serait invité à se prononcer sur le caractère crédible, pour tout dire honnête, des chiffres qui lui seraient soumis et des mesures envisagées pour l’atteindre. Sa décision serait prise par un vote de membres de l’Eurogroupe, non pas à l’unanimité mais à la majorité qualifiée, chacun des Etats disposant, un peu à l’image de ce qui se fait au FMI comme au Conseil européen ou au Parlement européen, d’un nombre de voix fixé en fonction de son poids économique et financier. Un Etat qui ne recueillerait pas cette approbation ne serait pas autorisé à soumettre son projet de budget à son Parlement national ; il lui faudrait le modifier pour tenir compte des observations de l’Eurogroupe, avant de le soumettre à nouveau à ce dernier, qui aurait la possibilité d’édicter des mesures de surveillance et de contrôle lui permettant de vérifier les données qui lui seraient soumises. »

Après cette « deuxième étape » de l’Union économique et monétaire, Edouard Balladur propose de passer à la troisième : une « coordination des systèmes sociaux et fiscaux à l’intérieur de la zone euro, afin d’éviter les disparités excessives générant des concurrences anormales ».

…‘

Zur Kenntnisnahme und intensiver Prüfung.
Wir können die Argumente selber nicht vollständig beurteilen. Bilden Sie sich bitte selbst Ihre Meinung, Ihr Urteil ! “Drum prüfe …”

(Markierungen in Fett- bzw. Kursivschrift – wie immer – durch die Redaktion)(Anm. der Redaktion)

swa


Advertisements

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s