Europa, Finanzkrise, Wirtschaft: Crise de la zone euro : Fascisme financier ou Europe des patries et des projets (fr)

Standard

Link

‚…

Récréer une Europe des patries et des projets

Tandis qu’il n’y a rien à espérer de la plupart des élites européennes, qui ont depuis fort longtemps perdu leur âme, cette crise crée cependant les conditions pour que la population, de plus en plus saisie par une juste colère, reprenne le contrôle des finances et de son destin.

1) Catalyser une réforme du système monétaire international. Plutôt que d’endosser le costume de gendarme de la zone euro, à la place du FMI, la France et l’Allemagne doivent coordonner leurs efforts pour jouer le rôle de catalyseur d’un nouvel ordre économique et monétaire de progrès mondial, en ouvrant des discussions dans ce sens avec les grandes nations souveraines que sont les Etats-Unis, la Chine, la Russie et l’Inde.

Au-delà des tensions actuelles, cette crise est celle du système qui a remplacé l’ordre de Bretton Woods, où les Etats ont abandonné le monopole de l’émission monétaire à des banques privées et à des banques centrales indépendantes représentant des intérêts privés. Ce système, dans lequel la City de Londres joue le rôle central avec la complicité agissante de Wall Street, s’est orienté vers les spéculations les plus insensées avec de l’argent de plus en plus douteux. Il ne survit qu’en détruisant le travail et les investissements à long terme, dans la recherche, la haute technologie, l’industrie et les infrastructures.

2) Sortir de la dictature financière de la City de Londres et de Wall Street. La zone euro s’inscrit dans le contexte de ce système financier international et se trouve donc sous le contrôle d’un système monétariste britannique. Nous avons perdu notre souveraineté nationale en matière monétaire en adhérant à l’euro. Cette monnaie ne repose sur aucune politique commune, aucun dessein à long terme ; elle n’est qu’une monnaie de banque livrée aux marchés financiers.

3) Revoir les traités de l’Union économique et monétaire, qui se trouvent d’ores et déjà remis en cause par l’endettement et les déficits de l’ensemble de la zone euro. Y renoncer revient donc à abandonner un mourant afin de pouvoir survivre.

4) Face à la menace d’explosion, reconstituer le noyau initial de 6. A condition de changer du tout au tout la politique économique, un premier pas serait, pour les 6 fondateurs de l’Europe – France, Allemagne, pays du Benelux et Italie – de reprendre leur liberté et de commencer à bâtir les fondations d’une autre Europe.

5) L’Etat doit reprendre le contrôle de l’émission d’argent. L’Europe a abandonné l’émission de crédit à un système de banques privées, organisé autour de banques centrales indépendantes représentant des intérêts privés. En France, ceci remonte aux lois des 3 janvier et 4 août 1973 (Pompidou/Giscard) qui ont interdit à la Banque de France de faire des avances au Trésor, sans intérêt, d’autoriser des découverts de tout type au Trésor ou autres institutions publiques, et de souscrire à leurs instruments de dette. L’article 104 §1 du Traité de Maastricht, voté en 1992, étend ces interdits à la BCE et aux banques centrales des Etats membres. En clair, cela veut dire que le monopole de l’endettement de l’Etat a été livré aux établissements financiers privés. Résultat, sur la dette actuelle de la France représentant 80% du PIB, 60% constitue le paiement d’intérêts à ces banques privées ! Il faut revenir à un ordre de crédit public productif, c’est-à-dire du crédit émis par une banque nationale, sous contrôle public, et non une banque centrale privée ou arrimée aux marchés. Ces crédits, à long terme et faible taux d’intérêt, doivent permettre de « jouer l’avenir » en équipant l’homme et la nature.

6) Procéder à une banqueroute organisée des institutions financières de la zone euro. Comme Roosevelt l’a fait en 1933, l’Europe doit mettre en faillite les avoirs spéculatifs qui ont parasité, et parfois même remplacé, les économies productives de la zone. Les bulles immobilières qui ont constitué l’essentiel des économies de l’Espagne, l’Irlande ou l’Angleterre, n’en sont que l’exemple le plus extrême. La loi Glass-Steagall adoptée par Roosevelt en 1933, qui imposa la séparation totale entre banques d’affaires, se livrant à la spéculation, et banques de dépôt, doit guider la nécessaire réorganisation bancaire.

7) Retour aux monnaies nationales. 47% des Français regrettent beaucoup le franc, 22% le regrettent un peu, contre seulement 30% qui ne le regrettent pas. Sous le poids de la crise et des conceptions monétaristes de l’Union économique et monétaire, les économies nationales ont divergé radicalement, rendant nécessaire le retour aux monnaies nationales et limitant l’euro à une monnaie de référence utile, pour la réalisation de grands projets communs. Mais il ne s’agit pas de revenir aux monnaies nationales dans le contexte d’une économie monétariste. Nous voulons un « franc polytechnique », lié à l’introduction de technologies nouvelles et à la qualification du travail humain.

8) Réorienter l’investissement vers la recherche, la haute technologie et l’industrie, créateurs de richesse. L’Europe est devenue une économie de services. Depuis trente ans, l’industrie française a perdu 36% de ses emplois, soit 1 912 500 emplois. 96% de ces pertes concernent l’industrie manufacturière. Alors que l’Europe se désindustrialise et adopte des politiques écologistes qui la ramèneront à l’âge de pierre, les pays asiatiques et d’autres prennent leur envol. Souhaitons-nous réellement que l’Europe quitte le cœur de l’histoire ?

…‘

Zur Kenntnisnahme und intensiver Prüfung.
Wir können die Argumente selber nicht vollständig beurteilen. Bilden Sie sich bitte selbst Ihre Meinung, Ihr Urteil ! “Drum prüfe …”

(Markierungen in Fett- bzw. Kursivschrift – wie immer – durch die Redaktion)(Anm. der Redaktion)

swa

Advertisements

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s