Europa, Finanzkrise: De Denis de Rougemont à Barroso : l’Europe des régions, nouvelle matraque pour imposer l’austérité fiscale (fr)

Standard

Link

‚…

Ce que l’on sait moins, c’est qu’en Belgique se déroule une expérience de laboratoire révolutionnaire, pilotée par les plus hautes instances de l’Union européenne et des cartels financiers confrontés à la faillite de leur système. Pour cette Europe-là, celle que Barroso qualifia un jour d’« empire non impérial », la réduction de la dette et le sauvetage de l’euro passent aujourd’hui par l’affaiblissement des Etats-nations au profit d’une Europe des régions, verte et fédérale.

C’est de ce point de vue qu’il faut lire « La Flandre, nation d’Europe », un commentaire du député vert (corse) François Alfonsi, posté sur son blog au lendemain de la victoire des séparatistes flamands. Pour Alfonsi, « ce succès éclatant ouvre la voie à „l’élargissement intérieur“ de l’UE qui, à l’avenir, devra compter également sur de nouveaux membres issus de l’intérieur même des frontières des vingt-sept Etats-membres. (…) Le parti de Bart de Wever, le très charismatique dirigeant de N-VA, a des objectifs clairs et nets, et il entend arriver à ses fins : faire reconnaître la Flandre comme une nation d’Europe à part entière. Et ouvrir ainsi la voie aux autres nations que l’Alliance libre européenne (ALE) représente à Bruxelles, à commencer par l’Ecosse, la Catalogne et l’Euskadi. »

Cette affinité entre séparatistes « de droite » et écologistes « de gauche », dans le rejet de l’Etat-nation, n’est pas nouvelle. A Strasbourg, le Parti vert européen siège depuis belle lurette avec l’ALE dans un même groupe parlementaire coprésidé par Cohn-Bendit. Pour sa part, l’ALE est présidée depuis 2010 par Eric Defoort… du N-VA flamand. Sur le site de l’ALE, une carte de l’Europe fait déjà apparaître de la même couleur la Wallonie et une France amputée de la Bretagne, de l’Occitanie, de l’Alsace, de la Corse, etc.

Joint par téléphone par le correspondant de Libération à Bruxelles, Cohn-Bendit n’a pas hésité à défendre ce mariage pour le moins surprenant. Danny « ne voit aucun problème » à siéger avec les régionalistes, rapporte Libé : « Ce sont des Européens, certes régionalistes, mais des Européens ». Souvenons-nous qu’en novembre 2007, Cohn-Bendit affirmait déjà que « de toute façon, le poids de la Belgique en Europe, c’est zéro ». Il révéla également que « Barroso et les autres ne se tracassent pas face à cette menace de séparation (…) ce ne serait pas un problème qu’elle [la Belgique] éclate. » En lisant ce qui suit, vous allez comprendre pourquoi. (siehe Link oben, d. Red.)

…‘

Zur Kenntnisnahme und intensiver Prüfung.
Wir können die Argumente selber nicht vollständig beurteilen. Bilden Sie sich bitte selbst Ihre Meinung, Ihr Urteil ! “Drum prüfe …”

(Markierungen in Fett- bzw. Kursivschrift – wie immer – durch die Redaktion)(Anm. der Redaktion)

swa

Advertisements

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s