NAWAPA, Europa, Afrika: Arrêtons Desertec: Verdissons les déserts, au diable les panneaux solaires ! (fr)

Standard

Link

Dt. Übersetzung, Anmerking der Redaktion:
Stoppen wir Desertec,  begrünen wir die Wüsten,
zum Teufel mit den Solarzellen !
Nehmt Euch (statt Desertec) ein Beispiel am NAWAPA-Projekt !

‚…

Desertec, alternative ou gouffre financier ?

Venons-en maintenant à l’analyse de la faisabilité de ce projet. Sachant qu’en 2050, nous serons dix milliards d’êtres humains sur terre avec des besoins fortement accrus en énergie, eau potable, nourriture et infrastructures, est-il vraiment raisonnable d’investir 400 milliards d’euros pour réaliser ce projet ?

On nous dit qu’il fournira 15 % (environ 100 GWe) [1] de la consommation de l’Europe en électricité, en plus de celle des pays producteurs, tout en les approvisionnant en eau potable. En outre, il permettrait de créer des milliers d’emplois. Etudions cela de plus près.

Sur le site officiel de la fondation Desertec, le Dr Gerhard Knies nous apprend que la durée d’ensoleillement que les panneaux solaires vont recevoir est de 7000 heures par an. Soyons optimistes et considérons que les trente centrales qui seront construites sont d’une puissance de 200 MWe chacune. Un simple calcul montre que tout Desertec ne fournira que 42 000 GWeh/an [2]. Faisons une comparaison avec le nucléaire en prenant comme exemple l’EPR qui sera implanté à Flamanville en 2012. Ce réacteur coûte 5 milliards d’euros avec une puissance de 1600 MWe. Le temps de fonctionnement, en tenant compte des arrêts pour maintenance, est d’environ 8000h/an.

Supposons que l’on décide d’utiliser les 400 milliards consacrés à Desertec dans un vaste programme d’équipement en centrales nucléaires de type EPR. Nous pourrions construire pas moins de 80 réacteurs de ce type. Soyons gentils avec nos amis écolos en considérant que le temps de fonctionnement d’un EPR est de 7000 heures par an, le même que celui des centrales solaires (au lieu de 8000), puis faisons le même calcul que précédemment. Le résultat est que nos 80 EPR fourniront 896 000 GWeh/an. C’est-à-dire que tout Desertec ne fournira que 5 % de l’électricité produite par notre parc nucléaire de 80 EPR, sans compter sa capacité de dessalement de l’eau de mer qui, de toute évidence, dépasse de très loin celle des centrales thermiques solaires.

…‘

Zur Kenntnisnahme und intensiver Prüfung.
Wir können die Argumente selber nicht vollständig beurteilen. Bilden Sie sich bitte selbst Ihre Meinung, Ihr Urteil ! “Drum prüfe …”

(Markierungen in Fett- bzw. Kursivschrift – wie immer – durch die Redaktion)
(Anm. der Redaktion)

swa

Advertisements

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s